11 février 2021

30 moments qui ont défini Dallas en 2020.

Par admin2020


Des arrestations massives et des fermetures causées par une pandémie aux snafus de construction virale et aux fondations de fromage râpé, voici les moments qui ont façonné Dallas '2020.

Ils disent que le recul est de 20/20, et nous sommes reconnaissants de mettre 2020 dans notre rétroviseur.

Si la TikToks nous avons passé l'année à regarder (quand nous ne sortions pas des imposteurs Parmi nous ou tendant à notre Traversée d'animaux corvées) nous a appris n'importe quoi, c'est ceci: quand nous serons vieux (euh) et dégoûtés (euh), nous allons regarder en arrière l'intégralité de 2020 comme un moment de vie collectif, et plutôt cauchemardesque, majeur.

C'est fou comment donc beaucoup de choses ont eu lieu au cours de ces 12 mois rien qu'à Dallas.

La plus grande histoire de toutes? C’est simple: la pandémie de coronavirus toujours en cours.

Pendant une minute là-bas en haut de l'année, nous avons quand même pu faire des choses comme célébrer la scène musicale locale une visite Musique de piste centrale avec distinction événement et explorez nos curiosités lors de conventions à fourrure. Alors – boum! – Frappe de mars, et tout modifié.

Pensez-y: à l'approche de 2020, combien d'entre nous l'étaient vraiment conscient de Le juge du comté de Dallas, Clay Jenkins – et encore moins propriétaire de salon, Texas ouvert Avocat et candidat échoué au Sénat de l'État du Texas Shelley Luther? Qui aurait pu peut-être anticipait un va-et-vient entre les acteurs Michael Rappaport et Fort Worth Bar du sous-sol sur l'opportunité d'ouvrir leurs portes? Qui aurait pu prévoir des expressions comme «Abri en place» et "distanciation sociale" devenir si banal? Ou d'anciens termes de gouvernement fidèle comme «État de catastrophe» et "état d'urgence" être prononcé avec une telle nonchalance? Quelqu'un aurait-il pu deviner nous possédons tous des masques À ce point? Ou qu'ils sont devenus des déclarations de mode? Quelqu'un s'attendait-il à ce que nous devenions tous si familiers avec le travail – ou, dans le cas de nos enfants, l'apprentissage – à la maison?

Si tu étais absent super-étalement, rester la baise à la maison ou juste constamment se laver les mains cette année, tant de choses se sont passées à la suite de COVID-19, on ne pouvait même pas s’attendre à ce que vous vous souveniez de tout. Comme, souviens-toi quand le Centre de conventions Kay Bailey Hutchison a été brièvement transformé en hôpital temporaire de débordement pour un sort au printemps – seulement pour qu'il soit rapidement démantelé parce que les autorités locales ont décidé que ce n'était pas nécessaire? Ou, hé, que diriez-vous quand le pasteur de la méga-église de Fort Worth Kenneth Copeland a mis fin à la pandémie – mais pas vraiment – en soufflant «le vent de Dieu» sur tout le chemin en avril?

Cette année a tout simplement refusé de permettre au statu quo de se maintenir. Prenez, par exemple, le Centre American Airlines, qui est devenu un lieu de vote à temps pour l'élection présidentielle – et même son parking, qui a été transformé en un installation d'essai COVID-19 au volant en été. La Foire de l'État du Texas a également été menotté pour adopter un modèle au volant en 2020. Un autre grand jour annuel dans le calendrier de Dallas, le Défilé de la Saint-Patrick, a été entre-temps obligé d'annuler pour la première fois en 41 ans – même si, à l'époque, au début de la pandémie, de nombreuses personnes faisaient encore la fête dans des affaires non autorisées.

La plupart du temps, cependant, le parti a refusé de continuer à faire rage alors que la pandémie continuait de le faire. Il ne fallut pas longtemps avant des lieux comme Blue Light Dallas et Bar beauté ont annoncé leurs fermetures. Idem avec le lieu emblématique de Dallas Le salon du lézard – ceci après avoir seulement à peine survécu à 2019 grâce à UberLa violation de Deep Ellum, qui ne se produira peut-être plus à peu près aux chiffres que nous avions anticipés. Même les organisateurs de fêtes aiment Margin Walker présente a été victime de la décimation par le virus de l’industrie de la vie nocturne.

Il n'y a aucun doute à ce sujet: le volume impressionnant de Les entreprises de la région de Dallas perdues à cause de la pandémie en 2020 restera à jamais stupéfiant.

La célèbre communauté gastronomique de Dallas – saluée un an auparavant par bon appétit comme son choix pour la «ville restaurant de l'année» – a été particulièrement décimée. Les travailleurs du secteur des services ont été particulièrement touchés, avec Sociétés de Headington étant le premier domino majeur à tomber en termes de licenciements massifs dans l'industrie. Pourtant, entre le passage des priorités à service de trottoir, pivotant vers cocktails à emporter, exploitant TABC échappatoires, en donnant la priorité à leur espaces de patio répartis et poursuivre le gouvernement, les propriétaires de bars et de restaurants ont essayé toutes les options à leur disposition afin de garder leurs portes ouvertes cette année. D'énormes accessoires pour ceux qui ont stabilisé les eaux rocheuses; il en va de même pour ceux qui ont réussi à s'ouvrir en ces temps difficiles, comme le nouveau kickass de Deep Ellum Station Thunderbird place. Des daps supplémentaires à ceux qui ont été annoncés restent en route pour le moment, comme le spot italien encore étoilé Michelin du Design District, Carbone, et les éléments à venir du centre-ville de Dallas » AT&T Discovery District, dont les installations de 100 millions de dollars ont discrètement commencé à s'ouvrir au public au printemps après des années de promesses.

Même en faisant tout leur possible pour prendre soin d'eux-mêmes – à plus d'un titre (voir: la communauté se rallie pour soutenir Salaryman«S Justin Holt à la suite de son diagnostic de cancer) – la scène du restaurant devait aussi faire face à des événements non pandémiques. Il y avait encore appropriation culturelle débats, crises de colère sur les réseaux sociaux, explosions de tendance (poulet chaud, n'importe qui?) et de nombreuses poursuites judiciaires (la famille derrière Corny Dogs de Fletcher a eu une année particulièrement folle) – sans parler de certaines fermetures qui n’ont rien à voir avec la pandémie (vous nous manquerez, Black Swan Saloon).

Le monde du sport a également été bouleversé cette année: XFL est venu (encore) et est allé (encore); la Stars de Dallas rédigé un Mavrik; la Rangers du Texas«Nouveau Home Depot ressemblant Globe Life Field ballpark a accueilli le Épreuves mondiales même si l’équipe locale n’a pas participé; SMU avait l'équipe de football la mieux classée au Texas pendant une courte période; garçon local Bryson DeChambeau a cassé le golf en remportant son premier majeur; Joueur de football élevé par Wylie Sarah Fuller est devenue la première femme à jouer dans un match de football universitaire Power 5; et le Dallas Mavericks enfin «le rendre verdoyant» avec leurs uniformes. Les amateurs de sport ont également rencontré des noms supplémentaires qu'ils entendront pendant un certain temps, notamment surprise, sauveur des séries éliminatoires Joel baise Kiviranta, ne peut pas manquer le futur prospect de quart de la NFL Quinn Ewers de Southlake et possible futur meilleur choix de la NBA Cade Cunningham, qui est originaire d'Arlington mais qui a emmené ses talents à l'Oklahoma State University pour le moment. Les fans aussi, pour les pires raisons, se sont mieux familiarisés avec FC Dallas défenseur Reggie Cannon, qui s'est bravement défendu face au racisme qu'il a enduré au cours de sa carrière de footballeur professionnel.

Le racisme était malheureusement un acteur majeur tout au long des épreuves et des tribulations de 2020 – pas juste à Dallas, mais certainement ici aussi. À la suite de George FloydLa mort de la police de Minneapolis aux mains des policiers de Minneapolis le 25 mai, des manifestations ont éclaté dans tout le pays – et, ici à Dallas, des militants sont descendus dans la rue pendant plus de 100 jours consécutifs. À travers chants, cascades avec beignets et plonge littéralement sur quiconque n'est pas d'accord, Les Dallasites ont exprimé leur frustration plus particulièrement Département de police de DallasRacisme systémique et institutionnel de – flics agenouillés et produits SMU effrayés être damné. (Les organisateurs disent qu'ils prévoient de conserver cette énergie jusqu'en 2021 également.)

Comme on pouvait s'y attendre, les frustrations liées aux injustices sociales et à la pandémie se sont souvent répandues dans le domaine politique de Dallas en 2020, où elles ont été rejointes par des préoccupations concernant un possible pic de meurtre, une augmentation de cascades de voitures effectuées dans les rues de la ville et une fin miséricordieuse à la guerre contre les scooters. Pour la plupart, nous avons passé l'année à nous demander où diable Maire Eric Johnson était. quand nous fait le trouver, c'était trop souvent à la télévision nationale dans le cadre de segments d'interview dans lesquels il nierait même comprendre ce que les manifestants voulaient dire en demandant à «Défund» la police. (Peut-être était-il trop obsédé par la distribution de lait pour le savoir?)

En réalité, ce sont les citoyens qui ont agi eux-mêmes pour vraiment aider leurs voisins en 2020 – que ce soit les avocats qui se sont portés volontaires pour aider à lutter contre expulsions causées par une pandémie, les organisateurs de concerts qui ont basculé vers le partage d'informations avec le lancement de Connexion DFW Corona ou la Armée des artistes de Dallas qui se sont regroupés pour apporter un peu de beauté au bâtiments fermés vu à travers la ville à la suite de troubles sociaux.

Dallas a même réussi à se frayer un chemin dans le paysage politique national tout au long de l’année – et en particulier du côté démocrate de l’élection présidentielle. Assez tôt dans l'année, Bernie Sanders a eu un avant-goût du Texas en organisant un rallye au Rodéo Mesquite. Ensuite, un Pete Buttigieg à Parc du jardin de la rue Main pré-Super mardi a été annulé quelques heures à peine avant le début de sa campagne, sa campagne étant suspendue. Quelques jours plus tard, Buttigieg et d'autres – y compris Amy Klobuchar et Beto O’Rourke – a choisi un Joe Biden rallye à Dallas » Gilley's complexe en tant que lieu où le parti s'alignerait collectivement derrière son favori choisi. Bien sûr, cela ne s'est pas arrêté Donald Trump pour être venu en ville pour une importante collecte de fonds en juin qui a été accueillie avec sa juste part d'activisme en plein milieu des manifestations de brutalité policière qui ont lieu dans toute la ville. Plus tard, Dallas ferait davantage connaître son mépris de Trump sous la forme de un panneau d'affichage anti-Trump financé par crowdfunding et une campagne d'art de guérilla grossière qui se moquait ouvertement de lui. En fin de compte, malgré un duplex viral couvert de matériel de campagne le long de Lower Greenville montrant à quel point certaines de nos divisions politiques peuvent être proches de chez nous, même dans les climats historiquement conservateurs de Fort Worth s'est engagé dans le vote de Trump.

Oui, entre tout cela et plus encore – y compris des poursuites impliquant une femme Plano poursuivant Brad Pitt parce qu'elle pensait qu'ils allaient se marier et une personne Allen prétendant être de Saturne poursuivant le gouvernement américain pour des raisons non précisées – Dallas a certainement vu sa part de fou son année.

Heureusement, nous avions de quoi nous distraire de tout cela. Sur le front du divertissement, nous avons vu Tricheurs retour, nous avons regardé Erykah Badu auditionner pour devenir la future voix de Big Tex, nous avons bourré de Piège, nous avons regardé Dallas » Cooper Raiff devenir un chouchou indépendant pour ses débuts de réalisateur de Shithouse, nous avons vu le propre de Dallas Jonathan Majors combattre des monstres sur HBO Pays de Lovecraft, nous avons applaudi la nouvelle d'éventuelles Von Erich famille et Glace à la vanille biopics, nous avons fêté le futur redémarrage du produit local Mike juge«S Beavis et Butthead et, oui, nous avons même eu saupoudré à Dallas, aussi.

Et bien que nous ayons manqué des concerts incroyables à cause de la pandémie, nous avons quand même regardé Loop Daddy Marc Rebillet ouvrir les yeux de l’industrie sur les possibilités de concerts au volant, bienvenu Les poussins et j'ai vu des talents de la région comme Joshua Ray Walker, Erica Banks, Kaash Paige, Séances de Bobby et Âme gelée élever leur profil en tant que noms établis comme Ponts de Léon, Mickey Guyton, Maren Morris et Charley Crockett seulement réaffirmé le leur.

Il n'y avait pas beaucoup de rires à avoir dans la scène de la comédie, cependant, comme le Dallas Comedy House a fermé ses portes pour une bonne bande dessinée locale bien-aimée Clint Werth est passé à l'avion suivant après une longue bataille contre le cancer.

Ouais, nous avons perdu un lot des contributeurs bien-aimés à la culture de Dallas cette année – icône de la musique country Fierté de Charley, propriétaire d'un magasin de disques Bill Wisener, légende du blues Lucky Peterson, rappeur bourdonnant FXXXY, maître de cérémonie en hausse Oncle Skitz, héros du hip-hop Mo3 et Voyage de puissance pilier Riley Gale, Juste pour en nommer quelques-uns.

Pendant ce temps, D Magazine propriétaire Wick AllisonLe décès de ce dernier n’a été que l’un des nombreux changements qui ont changé la donne dans le paysage médiatique local. Un certain nombre de titans de l'industrie régionale ont quitté leurs postes tout au long de l'année – d'abord Mike Rhyner s'incliner devant 96.7-FM / 1310-AM Le billet, puis Robert Wilonsky démissionner de son poste au Nouvelles du matin de Dallas, suivie par Jim Schutze abandonnant son rôle de longue date de chroniqueur officiel au Observateur de Dallas et enfin Mike Wilson démissionnant de son poste de Nouvelles du matin de Dallas«Meilleur éditeur. Encore plus signalant un changement de garde? Après avoir déjà couru sur toutes les stations sportives de la ville à un moment donné, les radio sportifs de la région préférée Ben & Skin s'est taillé un nouveau créneau à Rock Station 97.1-FM L'Aigle.

Quant à nous ici à Voie centrale? Eh bien, nous avons fait de notre mieux pour combler ces vides considérables et nous adapter à l'époque en célébrant toujours le meilleur d'entre nous et en appelant les asshats locaux, tout en fournissant des ressources du mieux que nous pouvions aux manifestants, aux artistes et aux types d'industries de services à leur époque. avoir besoin. Peut-être juste par coïncidence, 2020 était aussi de loin L'année la plus fréquentée de notre site de tous les temps – une chose difficile à concilier étant donné que nous avons pratiquement entièrement perdu notre base de publicité en raison des ravages de la pandémie dans les secteurs de nos annonceurs habituels.

Heureusement que nous avons la chance d’avoir des lecteurs comme vous, qui se sont mobilisés pour montrer leur soutien à nos efforts à travers le Patreon nous avons lancé afin de garder nos lumières dans cette année éprouvante.

Ouais, 2020 était certainement un an.

Mais, quand nous y repensons à un moment donné sur la ligne, quels moments ressortiront au-dessus tout d'autres comme celles qui ont façonné la ville pour les années à venir? Comme nous l'avons déjà fait pour la décennie qui a précédé l'année dernière, jetons un coup d'œil chronologique aux 30 événements qui ont le plus façonné Dallas au cours des 12 mois de misère de 2020.

30 moments qui ont défini Dallas en 2020:

La tour penchée de Dallas devient une icône de la tradition de Dallas (16 février)

Oh, mec. Il est difficile de croire que cela s'est même produit en 2020, mais: pendant 15 jours glorieux dans le Before Times, la tour penchée de Dallas totalement consommé la vie de tous les Dallasites – enfin, jusqu’à ce qu’elle soit finalement renversée.

Cela valait-il la peine d'être rôti? Absolument.

A-t-il été rapidement approprié comme monument du capitalisme par ses voisins du groupe Richards de l'autre côté de la rue, qui l'ont transformé en publicité pour un casino via un projecteur haute résolution? Tu paries.

Sa longue période de stase a-t-elle finalement annulé les limbes apparemment sans fin que nous endurerions tous bientôt une fois que la pandémie est devenue un gros problème dans les États quelques semaines plus tard? Bruh.

Photo de Carly May.

Les anciens candidats démocrates à la présidentielle font la queue derrière Joe Biden (2 mars)

Le futur président des États-Unis a scellé son sort en tant que candidat de choix des démocrates devant une salle comble un lundi soir à Dallas – une qui se trouvait être également le Super Tuesday Eve.

Mais les lunettes de couleur bleues avec lesquelles la classe dirigeante voyait ses perspectives cette nuit-là ne pouvaient pas être aidées par la cordonnerie d'un Texas infusé de Beto O’Rourke dans le mélange maintenant, n'est-ce pas? Nan!

Comme nous l’écrivions à l’époque: «Bien sûr, la nuit ne pourrait pas se terminer sans le document de la campagne Biden sur un Whataburger run avec O’Rourke, cependant. L'ancien vice-président a commandé un milk-shake et du Whataburger régulier avec du fromage. Au risque d'éditorialiser, chez Central Track, nous aurions tout simplement opté pour la fonte des galettes.

En fin de compte, on suppose que tout a fonctionné pour l'équipe bleue. (La plupart.)

La saison des Dallas Mavericks est soudainement interrompue (11 mars)

En le regardant maintenant, le regard choqué sur le visage du propriétaire des Mavericks, Mark Cuban, alors qu'il jetait un coup d'œil à son téléphone et découvrait que la NBA avait décidé de mettre sa saison en pause indéfinie (jusqu'à la bulle de la NBA, à laquelle nous reviendrons plus tard) était … Eh bien, c'était gentil de nous tous!

Comme nous l’écrivions quelques jours plus tard à propos de cette nuit fatidique: «Si la révélation de vendredi de SXSW était le signe avant-coureur, mercredi était son point de basculement. À quelques heures d'intervalle, le président Donald Trump a annoncé une interdiction de voyager de 30 jours depuis l'Europe, la NCAA a annoncé son intention d'organiser son tournoi annuel de basket-ball masculin sans fans (elle annulerait plus tard non seulement cela, mais aussi tous ses efforts sportifs pour le reste de l'année universitaire) et la NBA a déclaré qu'elle suspendrait sa saison pendant au moins 30 jours après que le centre de stars de l'Utah Jazz, Rudy Gobert, ait été «préalablement testé positif» pour le coronavirus.

Plus de 10 mois plus tard, les choses ne sont toujours pas revenues à la normale – et elles ne semblent pas susceptibles de le faire de si tôt.

Mes amis, si vous voulez voir le moment où le zeitgeist a cédé la parole à une nouvelle normalité, c'est ça.

Le propriétaire de Lee Harvey, Seth Smith. Photo par Chad Windham.

Les responsables locaux commandent la fermeture des bars de Dallas et des services de restauration à domicile (16 mars)

Nonobstant les reports de matchs de la NBA, la pandémie de coronavirus vraiment frappé près de chez nous pour beaucoup d'entre nous lorsque le juge du comté de Dallas, Clay Jenkins, et le maire de Dallas, Eric Johnson, ont ordonné à peu près simultanément la fermeture de toutes les salles de restaurant, bars, tavernes, salons, boîtes de nuit, clubs de santé, gymnases, arcades, théâtres, salles de billard et des salles de concert dans les limites du comté de Dallas et de la ville de Dallas, respectivement.

Près d'un an plus tard, aucun de ces types d'entreprises n'a encore été autorisé à reprendre ses activités à pleine capacité à 100%.

Raison de plus pour les soutenir là où vous le pouvez: voici une liste de plus de 100 restaurants de la ville dont nous cosignons personnellement les plats à emporter. Support local.

La propriétaire du salon de coiffure Shelley Luther prend position (5 mai)

Comme nous l'avons écrit en nommant Luther l'un des plus grands asshats de Dallas de 2020: «Alors que beaucoup ont repoussé les efforts du Texas pour arrêter la propagation du coronavirus, peu étaient aussi avisés dans leur opposition que Shelley Luther. En mai, elle a essentiellement défié l'État de la punir en diffusant son engagement à garder son salon ouvert malgré la réglementation exigeant qu'elle ferme sa boutique. Immédiatement après son défi, plusieurs républicains du Texas de haut niveau… ont succombé au soutien de leur base aux actions de Luther et ont renoncé à leurs positions, donnant la priorité aux votes par rapport aux vies potentiellement perdues. La peine de sept jours de prison que Luther a été prononcée pour avoir défié les ordonnances de verrouillage s'est rapidement terminée après deux jours courts – et, après être allé sur Fox News pour applaudir sa violation directe de ses ordres, Abbott a en outre cucké en éliminant rétroactivement les peines de prison pour les autres délinquants de son coronavirus directives liées. »

Hélas, ses tentatives de faire de ses 15 minutes une carrière politique – un effort que ce célèbre violeur de la loi a annoncé sans ironie lors d'un Back the Blue Rally – se sont avérées infructueuses. Mais une partie de vous doit admirer sa chutzpah, non? Droite? DROITE? Quoi qu'il en soit, nous aimerions revoir son groupe de reprises une fois que tout ce truc pandémique sera terminé!

Photo via Facebook de Lizard Lounge.

Fermeture du salon emblématique Deep Ellum Venue Lizard (9 mai)

Heureusement, Dallas n’a pas encore fait face au calcul complet que de nombreuses autres scènes musicales ont dû subir à la suite de la pandémie.

Nous avons vraiment de la chance dans le sens où plus chaque lieu incontournable de la scène musicale de Dallas est toujours en place et promet qu'il sera toujours là une fois que les choses reviendront à la normale – ou, peut-être mieux dit, une fois que nous aurons établi un Nouveau normal et les protocoles qui vont avec.

Bien sûr, l'exception évidente ici est la perte de l'emblématique Lizard Lounge, qui pendant plus de 30 ans a accueilli les plus grands monstres de Dallas dans l'étreinte sûre et chaleureuse de sa piste de danse.

Une destination à jamais digne de confiance pour les chefs EDM, les obsédés gothiques et les Dallasites en devenir prêts à se rebeller enfin, une partie particulièrement triste de la perte de Lizard Lounge tourne autour du fait que le lieu venait de sortir d'un 2019 où il s'est battu bec et ongles. pour assurer sa survie à long terme.

Hélas, 2020 avait d'autres plans en tête. Mais l'histoire se souviendra sûrement pour toujours d'un lieu Deep Ellum qui a réussi à toujours apporter l'étrange et à rester pertinent pendant plus de trois décennies.

Photo de Shane McCormick.

L'été des manifestations de Dallas démarre sous tension et les pillards en profitent (29 mai)

C’est drôle de voir comment les choses peuvent tourner en un rien de temps, n’est-ce pas? J'étais en train de couvrir les manifestations cette nuit – et, prenez cela comme vous voudrez, mais, comme je l'ai dit depuis le saut, je me souviens distinctement que la police était les premiers agresseurs cette nuit (et au cours des prochains jours. , d'ailleurs).

Les choses ont commencé paisiblement avec un rassemblement avec des conférenciers au siège de Jack Evans du département de police de Dallas à The Cedars. De là, une marche a éclaté – d'abord en direction du sud de Dallas, puis en direction du centre-ville de Dallas avant de revenir hypothétiquement à son point de départ. Les choses ne sont jamais allées aussi loin, cependant, alors que les flics et les manifestants se sont soudainement affrontés à l'intersection de Young et Griffin. Il y avait beaucoup de cris d'avant en arrière, mais à un moment donné, les manifestants étaient alignés d'un côté de la rue, assis les jambes croisées et faisant face à une file de flics en tenue anti-émeute de l'autre.

En un clin d'œil, les flics ont alors commencé à attaquer ces militants pacifiques. Ce qui a suivi était un flou d'actions regrettables des deux côtés – mais le pire de tout était la destruction que les allers-retours inspiraient. Poussés par le chaos, certaines personnes mal intentionnées ont profité de la situation et ont commencé à saccager et à piller des entreprises à Deep Ellum et au centre-ville de Dallas tard le vendredi et le samedi soir.

Ces quelques personnes à courte vue, pour le meilleur ou probablement pour le pire, ont fourni toutes les munitions nécessaires au débat à ceux qui estimaient que les demandes de réforme de la police de ces manifestants étaient infondées. Alors que les militants poursuivaient leur combat pour la justice sociale à Dallas tout au long de l'été, leurs opposants ont simplement souligné les destructions causées lors de ces premières nuits de protestation comme une preuve du contraire, méritée ou non.

La vie est nul comme ça la plupart du temps.

Photo de Shane McCormick.

Les manifestants et la police s'affrontent dans un cadre de guerre du centre-ville de Dallas (30 mai)

Les gens ne parlent pas assez du traumatisme de cette journée. Alors que vendredi était son coup d'envoi et lundi était le point culminant des quatre premiers jours sauvages d'un été de manifestations pour la justice sociale, samedi a été de loin le plus effrayant.

C'était le jour où les flics ont tiré une balle en bois sur un homme blocs loin d'eux, puis ont été vus en train de rire alors qu'il se tordait sur le sol de douleur. Juste en travaillant comme journaliste pour documenter les événements, je me suis personnellement cogné la jambe avec un flash-bang et j'ai été deux fois directement gazé par les gaz lacrymogènes sur le Dallas City Hall Plaza seul ce jour-là. Et les escarmouches suivantes qui ont eu lieu dans tout le centre-ville de Dallas et Deep Ellum jusqu'aux petites heures du dimanche matin ont été implacables. Pendant plus de 12 heures, la puanteur de gaz lacrymogène s'est répandue dans les couloirs caverneux au niveau de la rue des gratte-ciel de notre ville alors que les manifestants continuaient à établir de nouveaux périmètres pour faire entendre leur voix et que les flics continuaient à marcher et à tirer sur eux avec une impunité apparente.

C’était un chaos autoritaire – et tout cela a été sanctionné par un OK capturé par le chef de la police de Dallas, U. Renee Hall.

Les manifestants étaient-ils parfois trop agressifs? Sûr. (Vous vous souvenez de Machete Bro? Cela s'est produit cette nuit.) D'un autre côté: si vous êtes dehors pour protester contre la brutalité policière, et des hordes de policiers sont descendues sur votre position avec leurs sirènes de voiture et leurs pneus stoppant à moins de 10 pieds de vous, et puis les conducteurs de ces voitures sortent de leur voiture entièrement équipés et prêts à gronder… Je veux dire, je ne le ferais pas tu se sentir ménacé?

Dans les jours qui ont suivi, la police a lancé des appels pour obtenir des informations sur les personnes qu'elle terrorisait ce jour-là. Mais, dans la tournure la plus étrange et la plus chanceuse des événements, un allié improbable est venu en aide aux manifestants: les fans de K-pop (de tout le monde!) Se sont unis pour brouiller et planter l'application Vif de DPD.

Ce qui ressemble à une fin heureuse jusqu'à ce que vous vous souveniez comment les flics ont laissé des gens avec des blessures paralysantes à vie grâce à leurs réactions excessives ce jour-là.

Photo de Dylan Hollingsworth.

La police arrête 674 manifestants sur le pont Margaret Hunt Hill (1er juin)

Hollywood n'aurait pas pu trouver un meilleur endroit pour cette confrontation qui serait plus tard connue sous le nom de «l'incident du pont». Des flics affrontant, tirant sur et arrêtant finalement 674 manifestants de Dallas au sommet d'un grand monument bien éclairé de la ville? Allons y. Parlez du rêve d'un pilote d'hélicoptère de nouvelles locales.

Alors que dans le moment une véritable tempête de merde dans tous les aspects – l'événement avait lieu après un couvre-feu mais à l'extérieur de sa zone d'application; la plupart des manifestants ne savaient pas que les organisateurs de la manifestation allaient les conduire sur le pont; la présence de la police sur le pont, cependant, impliquait que c'était le cas – les retombées à long terme de cette nuit s'avéreraient tout aussi désagréables.

Pendant des semaines – jusqu'à ce que nous, ici à Central Track, obtenions et publions un document interne du DPD qui prouvait le contraire – le chef Hall a nié que des gaz lacrymogènes aient été tirés sur les manifestants (dont aucun n'a finalement été inculpé) cette nuit-là. Ce faux pas lui a clairement perdu tout soutien au conseil municipal de Dallas – et, tout aussi grave de son point de vue, il n'a fait que galvaniser les manifestants de toute la ville dans leur réclamation continue pour la réforme de la police (et pour le licenciement de Hall).

Les procédures se transforment en un match de cris lors d'une réunion du Conseil de huit heures sur la réponse aux protestations (5 juin)

Vous cherchez un exemple simple de la façon dont le gouvernement de la ville de Dallas a mal géré les préoccupations de ses électeurs en 2020? Ne cherchez pas plus loin.

Dans ce marathon du vendredi soir, nos élus voulaient réponses sur ce qui s'est passé lors des manifestations contre les brutalités policières fin mai et début juin – et en particulier sur «l'incident du pont». En ont-ils eu? Pas vraiment! Le Chief Hall de DPD a surtout demandé de la patience et de la compréhension face à leur feu justifié.

Honnêtement, a fait n'importe quoi vraiment sortir de cela au-delà d'une diffusion de griefs? Au-delà de l'exaspération face aux inefficacités du gouvernement local? Tu nous as dit.

À propos, chaque siège au conseil municipal est à gagner lors des élections municipales du 1er mai. S'il vous plait, votez.

Photo par Jeff Amador.

Des militants peignent les mots «Black Lives Matter» sur la place de l'hôtel de ville de Dallas (8 juin)

A-t-il été peint avec un matériau spécial à la craie qui signifiait qu'il serait emporté dès que la prochaine tempête de pluie se produirait? Oui.

Mais, hé, le sentiment était juste là devant les visages du gouvernement de la ville pendant au moins une semaine ou deux avant que les pluies n'arrivent, non? Et c’est quelque chose?

Oh, et parce que certaines personnes ont encore besoin d'entendre ça: les Noirs vivent absolument importe, et cette ville pourrait encore mieux le reconnaître de temps en temps.

Les installations artistiques temporaires, aussi réconfortantes soient-elles à voir, ne comptent que pour autant.

Un juge interdit l'utilisation par le DPD de gaz lacrymogène et de munitions «moins létales» contre des manifestants pacifiques (11 juin)

Après des mois et des mois de prolongations, cette ordonnance de non-communication temporaire ordonnée par le tribunal sur l'utilisation par DPD de diverses armes contre des manifestants a enfin expiré, et DPD et les avocats de la ville disent qu'ils prévoient d'adopter un libellé allant dans le sens de cette interdiction dans leurs propres protocoles.

Mais dans la nuit de la mi-juin, lorsque ce TRO a été signé pour la première fois et que sa nouvelle a été annoncée – après deux semaines de confrontations tendues entre les flics et les manifestants à travers la ville – il a fait tomber environ un million de tonnes de poids sur les épaules de la ville.

Ce qui est bien, mais voici une question: pourquoi DPD a-t-il besoin d’armes comme celles-ci? du tout? Et, pire, pourquoi tant de fonds sont-ils dirigés vers leur achat?

La statue commémorative confédérée de Dallas de 60 pieds de haut descend enfin (24 juin)

Du putain de temps aussi!

Les trophées de participation sont pour les lames. Seuls les lâches défendent les monuments du racisme.

Hé, banlieue: vous êtes sur le pont.

Incident du célèbre «homme d'épouse au fromage râpé» (27 juin)

Lorsque les murs sont tombés autour de notre société, un homme délicieusement idiot et sourd a émergé des décombres – et le monde a tourné son regard sur lui.

Pour une nuit glorieuse, les ne'er-do-wells de Twitter – tout de Twitter, c'était comme – hyper-concentré leur colère sur un homme qui a décidé d'utiliser publiquement ledit média social pour se plaindre du service que lui et sa femme recevaient lors d'une soirée de rendez-vous intérieure en pleine pandémie. Il semble que leur serveur prenait un certain temps pour apporter à la femme sa demande de fromage râpé pour accompagner ses fajitas – et elle le ferait simplement ne pas mange son dîner sans ce putain de fromage.

Associé à une photo de style Renaissance la femme la plus triste que vous ayez jamais vue, oui, bien sûr, il est devenu viral.

Que quelqu'un se mette à se plaindre de façon aussi sourde et publiquement du service au milieu d'une pandémie est une chose; mais le fait que tout se soit déroulé dans un Mi Cocina dans la banlieue nord de Dallas, à Allen, était le véritable baiser du chef pour les habitants qui se lancaient avec impatience dans le plaisir de se moquer de l'absurdité de tout cela.

Les mèmes étaient légendaires et notre entretien surprise le lendemain avec le coupable était sauvage. Quelle pause bien méritée ce moment de légèreté était.

Fiesta Karen devient virale pour avoir refusé de porter son masque en faisant ses courses (27 juin)

Comment gênant.

J'ai juste-.

Pour mémoire, la Fiesta règne.

Le chef de la police de Dallas, U. Renee Hall, annonce sa démission (28 juin)

À la suite d'appels répétés du public pour sa démission ou son licenciement, la chef Hall a pris les choses en main et a décidé de se retirer du jeu au milieu d'un été rempli de manifestations en cours dans toute la ville.

Son départ n'était pas une surprise: elle avait perdu la confiance des élus et des citoyens après avoir été prise dans un mensonge sur l'utilisation de gaz lacrymogène par son département lors de «l'incident du pont» au plus fort des manifestations contre la brutalité policière de Dallas, et le mot était toujours que son département ne l'a jamais vraiment soutenue après son embauche en 2017.

Comme nous l’avions écrit au moment de son annonce, cependant: «Bien que les critiques de Hall considèrent certainement sa démission comme une victoire, ils doivent le faire avec prudence: DPD reste aussi foutu que jamais, et ses propres officiers le savent. La vraie réforme de la police de Dallas reste encore loin. » Cela reste le cas.

La Nouvelles du matin de Dallas«La rédaction annonce son intention de se syndiquer (20 juillet)

Suivant les tendances nationales, le Nouvelles du matin de Dallas«La rédaction a annoncé son intention de devenir le premier syndicat de presse du Texas depuis plus de 50 ans – et a réussi ses efforts. Le personnel du Télégramme étoile de Fort Worth à peu près immédiatement, et aussi avec succès, a emboîté le pas. Maintenant le Austin American-homme d'État le personnel cherche à faire de même.

Dans un paysage médiatique qui a vu beaucoup de chiffre d'affaires en 2020, les efforts intentionnels de ces rédactions pour maintenir leur contribution au produit de leur industrie étaient en effet un développement bienvenu.

Le maire de Dallas, Eric Johnson, dirige la journée de jeûne et de prière pour l'éradication du coronavirus (19 août)

En une année remplie de curieux faux pas de la figure de proue la plus en vue de notre ville, celle-ci parvient en quelque sorte à se démarquer.

Pendant ce temps, la pandémie fait toujours rage. Alors, OK: qu'est-ce qui se passe ici? Ce mec pense qu'il est Kenneth Copeland, ou quelque chose comme ça?

Luka Doncic arrive en tant que star légitime de la NBA en renversant un buzzer-batteur des séries éliminatoires dans la bulle de Disney (23 août)

BAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAANG!

Non, les Mav n’auraient peut-être pas gagné cette série, mais parlons d’un moment pour accrocher votre chapeau pour les séries éliminatoires à venir dans la brillante carrière de la Slovène, non?

(Also: Luka bought his first Dallas house this year, just a few months after this moment. We think that means he likes it here! Yay!)

Photo by Vera Velma.

Power Trip Frontman Riley Gale Tragically Passes Away At 34 Years Old (August 25)

In a year already filled with despair, the surprise news of the gregarious Power Trip’s passing came as a wholly unforeseen gut-punch.

It can’t be overstated how devastating a loss this was not just locally but to the global metal and hardcore communities. Hell, despite his outspoken advocacy for marginalized communities, even Fox News mourned Riley’s death.

Here’s what we had to say at the time of Gale’s death: “An unbelievably compelling live performer, Gale reveled in serving as the hell-raising master of ceremony at his band’s uniquely chaotic — sometimes aussi chaotic — live showcases. After forming in 2008 from the ashes of some earlier upstart acts, Power Trip expediently rose through the Texas ranks to become among the most acclaimed metal bands in the world, eventually sharing the stage with every legendary metal act in the world not named Metallica, Slayer or Megadeth. When the band won the “Metal Song of the Year” award for its song “Executioner’s Tax (Swing of the Axe)” at the 2017 Loudwire Music Awards — beating out some tough competition for the honors, including Pallbearer, Body Count, Obituary, DragonForce and Municipal Waste — Gale accepted the award with a warning to gatekeepers in the scene the world over about Power Trip’s arrival: ‘Watch out old timers; we’re here.'”

Gale will be insanely missed.

On Dallas’ 100th Day Of Police Brutality Activism, Counter-Protesters At A Downtown MAGA Rally Are Attacked — And Then Arrested (September 5)

Whereas Chief Hall’s resignation announcement a few weeks prior had signaled to protesters that maybe their pleas were being heard, the 100th day of continuous police brutality protesting in Dallas was a stark reminder of just how far things still have to go in the name of progress.

Here’s how we described the day’s activity at the time: “Shortly after 11 a.m. — at a “Rescue America” rally held at Main Street Garden Park that was promoting trying to “take our country back from radical leftists” — Next Generation Action Network president Dominique Alexander was aggressively taken to the ground by a security guard while counter-protesting the event and getting into a confrontation with one of its attendees. (Clear footage of the build-up to this altercation can be seen Ici.) Attendees of the rally then sprayed pepper spray on and aimed guns at the people who rushed to Alexander’s aid. Alexander was later arrested by Dallas Police.”

After battling the heat all summer long, this turn of events came just as much as an emotional beatdown as a clear physical one. Within a few weeks, the continuous streak of daily protest activity in Dallas would peter out after a run of more than 125 consecutive days.

Goalie Anton Khudobin Enters Dallas Sports Lore By Promising His Fellow Dallas Stars Players “We’re Not Going Home!” Amidst Team’s Surprise Run To Stanley Cup Final (September 14)

No. 35 in your programs, but No. 1 in our hearts, Dallas Stars goalie Anton Khudobin cemented his place in Dallas sports history by carrying his team to the Stanley Cup Final and flashing plenty of his patented, meme-able charm along the way.

As we wrote while deeming the Kazakhstan-born goalie one of our Dallasites of 2020: “Few could have foreseen this year’s Dallas Stars lineup offering area sports fans the deepest playoff run this city has seen since 2011 — or that the team’s Kazakhstan-born backup goalie would be the driving force behind its first Stanley Cup Final trip in 20 years. But with starting netminder Ben Bishop injured and usual top goal-scorer Tyler Seguin hampered by his own physical issues, the man they call “Dobby” (he dons a nod to the Harry Potter character of the same name on his helmet) rose to the occasion, posting a 2.69 playoff goals-against average and wholly embodying the team’s “We’re not going home!” mentality. »

It must be said: The Stars’ highly entertaining playoff run really provided Dallasites with a welcome bit of escapism as we collectively rounded the six-month mark of lockdowns. As we onlookers and fans were all stuck at home, it was truly inspiring to watch this personable roster refuse to join us in our misery.

For a spell there, the Stars really were Dallas’ lone set of footprints in the sand, huh? – PF

Dallas City Council Chooses Not To Defund DPD, But Rather Increases Overall Police Budget (September 23)

After months of protests and months of debates, where did Dallas eventually fall on the notion of “defunding” the police?

Here’s how we broke down the city’s annual budget sign-off at the time: “While the new $1.4 billion general revenue budget does include a $7 million cut to the $24 million previously set aside for police overtime pay — that money will now be redistributed to various other efforts, most notably through the hiring of civilians to take over desk job responsibilities from uniformed officers — overall police spending in Dallas actually increase by $8 million in 2021. In voting to raise DPD’s annual budget from $501 million to $509 million, council seems to have ignored its promises from earlier in the summer, when 10 of 14 council members signed a letter promising to explore police reform through budgetary cuts.”

Some things never change in this city, huh?

Dallas Advertising Giant The Richards Group Has Its Day Of Reckoning As Its Founder’s Racist Comments Go Viral (October 8)

Shit hit the fan for the biggest advertising agency in town — and the largest independent such agency in the nation — when the company’s 88-year-old founder and namesake described one of his employees’ newly proposed Motel 6 ad spot ideas as being “too Black” for the motel operator’s “white supremacist constituents.”

The fallout was immediate.

Big-money clients left the company en masse. The famously hands-on Richards was forced into an “early” retirement. Layoffs ensued. Business models were thrown out the window by the dozens of boutique agencies that have become dependent over the years on the Richards Group farming some work out their way.

The reverberations of this one are still playing out, frankly. And while there’s enough talent and clout in this town for some form of the Dallas ad world to survive this sudden implosion, we could very well look back years from now at October 8, 2020, as the day this world’s foundation was irreparably cracked.

Dak Prescott Goes Down For The Year And The Dallas Cowboys’ Season Goes Up In Smoke (October 11)

In the blink of an eye, another potentially promising Dallas Cowboys season turned into another frustrating embarrassment.

Cowboys fans are in a bad place right now, y’all. When they’re not being memed, they’re self-owning themselves by shooting up their own TVs.

As if it wasn’t already known prior to his gruesome injury, Prescott is one of the few bright spots this franchise has left.

Just pay the man already, Jerry.

Dallas Rapper Mo3 Is Tragically Killed In A Targeted Shooting In Traffic On I-30 (November 11)

Just as local TV news stations and elected officials were starting to openly worry about the city’s annual murder counts, the highest-profile killing of the year took place under dubious circumstances.

As we wrote at the time: “According to a press release from DPD, the shooting took place when an unknown suspect approached (Dallas rapper Mo3’s car), leading to the victim running southbound on the freeway as the gunman let out several shots. A second victim — an innocent bystander — was also struck and taken to the hospital, but is not believed to have life-threatening injuries.”

The death rocked the local and national rap scenes alike, as Mo3 had long been buzzing as one of the more successful regional rappers around — and, perhaps frustratingly, a performer intent on cultivating a reputation as a man not likely to back down from a challenge.

Rumors of the motivation behind the hit still fly, but this much is undoubted: Mo3’s cultural contributions, and the way in which he met his end, will be legend around these parts for years to come.

The Owner Of Dallas’ True Kitchen Goes Viral With Rant About Race And Appropriate Restaurant Behavior (November 29)

In late November, a packed Dallas restaurant went viral — and not, weirdly, juste due to the fact that it was, y’know, packed despite us all being in the middle of a pandemic!

Here’s what happened: The owner of a Downtown Dallas restaurant was caught on camera chastising some brunch service guests because he didn’t like them twerking to the music that a DJ he’d booked was playing. Then a whole can of worms was opened once the video started making the rounds on Twitter, and a debate over race and cultural ownership ensued. (For those playing at home, both the restaurant owner and guests in this scenario happened to be Black.)

At the time, we described the crux of it all like this: “Though it was saturated with memes, the internet (chatter) sparked a greater conversation. Who decides the culture: ownership or the people? Is one gatekeeping more than the other?”

Interesting stuff, if spurred by a moment in which no one really came off looking particularly great. Yay?

After Years Of Complaints, Workers Finally Begin Dismantling And Removing Southeast Dallas’ “Shingle Mountain” (December 17)

In 2018, a recycling company purchased a plot of land in southeast Dallas and, basically, they turned it into a literal dump. Specifically, they used it to store discarded roofing materials — shingles, mainly.

And boy did they: Before long, this pile of asphalt had grown into a 60-foot-tall behemoth that would come to be colloquially known as “Shingle Mountain.”

Here’s the issue: In a blatant disregard for zoning, this mountain was set adjacent to residential properties — and, as residents started to complain of headaches they’d never experienced prior to the shingles’ arrival, city officials didn’t exactly spring into action to right any wrongdoings.

Fortunately, that finally changed in mid-December as the company that owns the lot finally began its clean-up process.

Will Dallas learn any lessons from this? Probably not! Remember: There’s still a whole-ass neighborhood in this city without running water.

Eddie Garcia Is Named Dallas’ First Latinx Police Chief (December 23)

One in a whole roster of new police chiefs now running the departments in each of North Texas’ three biggest cities, the Puerto Rican-born, bilingual Dallas Cowboys fan now tasked with running DPD comes to our city after almost three decades of service in San Jose, where he also served as chief.

When we first reported on the hire of Garcia, DPD’s first-ever Latinx chief, we covered a lot of ground as far as his backstory and policty stances. Here’s just the fun stuff: “Garcia certainly feels like a modern police chief (whatever that means), although he should really get on updating his Twitter handle ASAP. Looking back on his time with SJPD during his last day on the job earlier this month, Garcia tweeted out a Steve Jobs quote about leadership. The latest in an increasingly long line of Californians to flock to Texas, he is also an avid CrossFit fan — to the point where he was jokingly referred to as the “bro” chief. Say what you will about that, but: Dude is absolutely yoked. (He also has three children and a wife who works in the media.)”

Also: Did we mention he’s a Cowboys fan?

All DFW Airport And Love Field Flights Are Grounded As Coronavirus Spreads To Air Control Staff, Delaying Hundreds Of Flights Nationwide (December 30)

Because 2020 had no mercy whatsoever, it had no problem at all dropping this bonkers moment into the fire right before the calendar cut-off point.

Here’s the lowdown of what happened: “In a statement provided to NBC 5, the Federal Aviation Administration blamed multiple reasons for the delays, among them thunderstorms and COVID-19. The TV news station also reports that at least one pilot told the passengers on his about-to-take-off flight that ‘the control tower was not operating due to COVID-19 and that it could be several hours before flights are allowed to leave’… The FAA’s own coronavirus dashboard states that the Fort Worth Air Route Traffic Control Center has reported at least three positive COVID-19 test results among its employee in the past eight days — on December 23, December 28 and even just today on December 30. It is believed that this air control tower’s issues on this front could be the root of the delays; the FAA dashboard also shows that the facility already had one scheduled cleaning for the coronavirus at 3 p.m. today, and that it has another scheduled for 5:30 p.m.”

In the end, planes weren’t able to fly over North Texas airspace for a whole two hours, leading to hundreds of flight delayed across the country. It happened all of a sudden — boom, out of nowhere, just like cette.

The flight radar screen-shots (seen above) really illustrate the jaw-dropping nature of the situation better than any words can.

A fittingly wild finale to a year plagued by the pandemic, indeed.

* * * * *

Can’t say we’ll miss you, 2020. Here’s hoping all roads lead to brighter futures in the years to come.

Like so many small businesses, we at Central Track continue to face an uncertain future due to the effects of COVID-19. In our entire nine years as a publication, we’ve never locked our content from you through subscriptions or paywalls, but in order to make it out to the other side of all this, we really need your help. If you can, please consider supporting our coverage of all things Dallas culture by joining us on Patreon in exchange for some exclusive perks, or by donating directly through PayPal or Zelle at (email protected)


CLIQUEZ ICI POUR PROFITER DE NOS BONS PLANS AMAZON